Biographie

Anne Chaplin, artiste peintre, a étudié aux Beaux Arts de Paris et dans l’atelier du peintre espagnol Ramo. Issue d’une famille de peintres, son trisaïeul Charles Chaplinpeintre de la seconde moitié du XIXème et sa tante Elisabeth Chaplin exposée au musée Pitti à Florence. Anne Chaplin a longtemps vécu à Paris. Après ses études, elle travaille en tant que Directrice Artistique en agences de communication à Paris. C’est en 2002 qu’elle décide de se consacrer pleinement à sa peinture et donne des cours d’Arts Plastiques à Paris.En 2013, c’est l’envie de nature, de grands espaces et d’une certaine quiétude qui poussent la peintre à quitter Paris pour vivre en Corse.

 

Des angles découpent le ciel de la ville où les hommes manquent de terre … Ouf, un oiseau passe : à celui qui sait s’arrêter, la nature offre toujours sa poésie. Avec ses pinceaux, Anne Chaplin sait capter cette vivante harmonie urbaine.  La parisienne aime contempler l’impatience d’un oiseau ou la tranquillité sensuelle d’un chat … pour mieux les croquer ! Ses encres et ses couleurs dessinent joyeusement ces moments poétiques. La force de son trait apporte une intensité, une profondeur.

Toute l’œuvre d’Anne Chaplin s’inspire de la nature.

La nature dans ses éléments essentiels, l’eau, la lumière, l’espace, la matière, ses rythmes, qui captent l’attention du peintre.

Ce que je réalise, je ne le souhaite pas figé. L’encre, l’aquarelle, la plume, permettent cette fraîcheur, cette spontanéité à ses sujets. Réalisé dans un geste libre, léger, mais aussi en y apportant, une justesse,  une force, du caractère. 

Il y a dans certaines de ses œuvres, encres aquarelles, un cheminement vers une certaine abstraction. Une écriture picturale, qui joue avec les courbes, les stries, laisser libre cours à son intuition, son inspiration, ses doutes, superposer tons et couleurs, masquer ou filtrer la transparence. Plonger dans un univers à la fois minéral, végétal et organique et brouiller parfois notre perception. Reflets miroitants où le regard se perd. Les stries, telles des fissures, côtoient les traits de pinceau délicats et les masses font alliance avec les fluides. Parler directement à l’âme et donner libre cours à des sensations et émotions enfouies, à travers une matière en fusion.

Faire aussi ressentir par la matière, les couleurs, l’âme du lieu. Les sujets, le plus souvent une fenêtre, une porte un jardin ou le paysage dans le lointain, un animal familier. Le thème d’une ouverture, d’un regard vers l’extérieur, une forme d’échappatoire, un sentiment d’une possible liberté. Saisir parfois un détail,en utilisant un cadrage serré, lui accorder une valeur symbolique en supprimant la distance et créer ainsi un rapprochement, une intimité.

Dans certaines de ses œuvres, on retrouvera aussi une volonté de révéler, de manifester, l’autre côté de la feuille, la face cachée du papier, l’arrière du dessin, mais aussi son épaisseur. Chez la peintre, lacérer, déchirer, le support permet d’en matérialiser la consistance, sa troisième dimension, habituellement négligée, déplaçant ainsi le propos de la surface de la feuille vers ses entrailles.